03/07/2015

Métaux industriels: toujours sous la pression chinoise

Londres (awp/afp) - Les prix des métaux de base échangés sur le London Metal Exchange (LME) ont passé la semaine sous pression, plombés par les doutes sur la santé de l'économie chinoise.

Le spectre des métaux industriels a connu une semaine assez morose, aluminium mis à part, plombé par les inquiétudes sur les conséquences de l'essoufflement économique de la Chine, deuxième économie mondiale, sur le marché des métaux, a noté Robert Montefusco, analyste chez Sucden.

"Le faiblesse du marché des actions en Chine empêche clairement les métaux de base de se reprendre de manière notable", ont constaté par ailleurs les analystes de Commerzbank.

La Bourse de Shanghai s'est effondrée de 12% sur la semaine, et de presque 29% depuis son sommet du 12 juin, au plus haut depuis sept ans.

Cette chute sévère sanctionne la dérive des Bourses chinoises, dont l'envolée, déconnectée de l'économie réelle, était nourrie par un gigantesque effet de levier.

L'ALUMINIUM GRIMPE, AIDÉ PAR DES PROPOSITIONS DU LME

PUBLICITÉ
 

Les prix de l'aluminium ont grimpé jeudi à leur plus haut niveau en trois semaines à 1744,50 dollars la tonne, aidés par une annonce du LME mercredi qui propose de réduire les délais de déstockage des métaux.

"L'aluminium a rebondi fortement après l'annonce du LME sur l'amélioration du débit de sortie des métaux des entrepôts et l'introduction d'une limite sur les loyers chargés", a noté Leon Westgate, analyste chez ICBC standard.

Le LME propose que les entrepôts stockant entre 150'000 et 900'000 tonnes de métaux de base permettent la sortie de 2000 à 4000 tonnes par jour, en fonction du volume total de métaux stocké dans les réserves.

La première bourse mondiale des métaux de base souhaite également consulter le marché sur une réduction des loyers d'entreposage. Ils seraient baissés de moitié si l'entrepôt ne livre pas les métaux dans les 30 jours, et aucun loyer ne pourrait être chargé si le délai d'attente dépasse les 50 jours.

"Le marché à l'air d'assumer qu'il y aura une convergence des prix et des primes", a noté l'analyste.

L'aluminium est le métal le plus affecté par ces congestions qui entrainent une hausse des primes incluant le stockage du métal, les coûts de transport et d'assurance.

LE NICKEL AU PLUS BAS EN SIX ANS

Les cours du nickel sont tombés mardi à 10'795 dollars la tonne, leur plus bas niveau en six ans, plombé par une demande morose.

"La faible demande du secteur de l'acier inoxydable (dont le nickel est l'un des ingrédients, NDLR), a été l'un des facteurs de la faiblesse des cours", notaient les analystes de Capital Economics.

La hausse des stocks de ce métal dans les réserves agrées du LME a également pesé sur les prix. Les stocks de nickel ont en effet atteint début juin un record historique à 470'000 tonnes, et s'affichaient à 457'000 tonnes à la fin de cette semaine.

Les cours de ce métal ont perdu 20% depuis le début de l'année, mais pourraient rebondir au deuxième semestre car l'offre pourrait devenir moins abondante, ont cependant noté les analystes de Capital Economics.

Les cours du zinc et de l'étain se sont également retrouvés sous pression mardi avant de se reprendre, atteignant respectivement 1964,50 dollars la tonne - un minimum en trois mois - et 13'365 dollars la tonne, un plus bas en 6 ans.

Le cuivre et le plomb sont restés assez stables tout au long de la semaine.

19:30 Écrit par Recycling dans Actualité, Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : metau | | |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.