25/07/2015

Les métaux industriels n'attirent plus, la Chine inquiète

Londres (awp/afp) - Les prix des métaux de base échangés sur le London Metal Exchange (LME) se sont de nouveau retrouvés sous pression cette semaine, victimes du désintérêt des investisseurs et d'une contraction de l'activité manufacturière en Chine.

Les prix des métaux de base sont repartis à la baisse dépassant en fin de semaine, pour le cuivre et l'aluminium, les niveaux connus lors de la dégringolade des cours provoquée par la chute des Bourses chinoises il y a quinze jours.

 "Des statistiques économiques chinoises moroses font encore une fois pression sur les prix alors que la semaine s'achève", ont commenté les analystes de Commerzbank.

 La production manufacturière chinoise s'est en effet contractée en juillet, atteignant son niveau le plus bas depuis 15 mois, selon une étude indépendante donnée vendredi qui confirme les difficultés de la deuxième économie mondiale à relancer son activité. La Chine consomme entre 40% et 50% de la production mondiale de métaux industriels.

Les métaux de base avaient pourtant connu d'un bref rebond la semaine dernière, aidés par la stabilisation des Bourses chinoises mais, peinant à attirer les investisseurs, ont recommencé à glisser en milieu de semaine.

PERSPECTIVES MOROSES POUR LE CUIVRE

Les prix du cuivre sont ainsi tombés vendredi à un nouveau plus bas en six ans, à 5191,50 dollars la tonne. Les prix du métal rouge ont perdu plus de 16% de leur valeur depuis le début de l'année et leurs perspectives semblent s'assombrir.

"Les statistiques du commerce du cuivre en juin en Chine montrent que les importations chinoises ont ralenti à la fin du deuxième trimestre. Après un mois d'avril fort, les importations se sont modérées en mai et juin", ont commenté les analystes de Barclays.

 La banque d'affaires Goldman Sachs qui avait maintenu des perspectives légèrement haussières pour le moyen et long terme - s'attendant à une croissance de la demande mondiale de cuivre de 4% par an et un ralentissement de la croissance de l'offre vers 2017/2018 - a d'ailleurs fortement baissé ses estimations de prix.

Une baisse prévue de la demande chinoise et "une conviction renforcée que l'offre de cuivre va augmenter dans les trois prochaines années" amènent Goldman Sachs à baisser ses prévisions à trois mois à 5200 dollars la tonne, contre 5500 dollars auparavant, et celles à six et 12 mois à 4800 dollars la tonne, contre 5500 et 5200 dollars la tonne respectivement.

L'aluminium a atteint lui aussi un nouveau plus bas en six ans vendredi, à 1632 dollars la tonne. "Le ministère chinois de l'Industrie et des Technologies de l'information a soulevé la question de la surabondance d'acier et d'aluminium (dans le pays)" cette semaine, ont noté les analystes de Macquarie.

 LE ZINC EN MEILLEURE POSITION

Le plomb, le nickel et le zinc n'ont pas autant souffert mais se sont tout de même rapprochés de leurs plus bas niveaux d'il y a deux semaines.

Les perspectives du zinc, utilisé dans la fabrication de l'acier galvanisé, pourraient toutefois s'améliorer selon plusieurs analystes.

Selon le groupe international d'étude du plomb et du zinc, ce métal s'est retrouvé en déficit d'offre en mai grâce à une demande en hausse.

 "Les prix n'ont pas beaucoup réagi à cette nouvelle, mais si le marché venait à rester en déficit en juin, les investisseurs pourraient en prendre bonne note", ont estimé les analystes d'UniCredit.

 Pour les analystes de BNP Paribas, l'avenir du zinc semble aussi un peu meilleur que pour les autres métaux.

 "La demande devrait croître à un rythme respectable en 2015/2016 et l'arrivée de nouvelles capacités minières ne va pas facilement contrebalancer les fermetures de mines et les baisses de production", a-t-on souligné chez BNP Paribas.

12:47 Écrit par Recycling dans Actualité, Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : metaux | | |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.