12/09/2015

Les métaux industriels en hausse, mais toujours plombés par la Chine

Londres (awp/afp) - Les prix des métaux de base échangés sur le London Metal Exchange (LME) ont poursuivi leur hausse cette semaine, même si les inquiétudes sur l'essoufflement de l'économie chinoise se mettent en travers d'un rebond plus franc.

 "Les marchés restent nerveux face au ralentissement de la Chine", résumaient les analystes d'UniCredit car ce pays est le plus gros consommateur de métaux industriels au monde.

 La semaine précédente les métaux de base avaient bénéficié d'un répit grâce à deux jours de fermeture des marchés chinois, et certains observateurs avaient exprimé leurs doutes quant à la fermeté des cours une fois les places chinoises rouvertes.

Or les prix des métaux de base ont réussi à se maintenir, finissant la semaine en légère hausse ou stable, même si l'ombre de la Chine plombe toujours le moral des investisseurs.

Les fondamentaux du cuivre s'améliorent

Les cours du cuivre ont atteint jeudi leur plus haut niveau depuis le 22 juillet, à 5.435 dollars la tonne.

 "Comme pour le reste des métaux de base, tous les gains du cuivre pourraient être de courte durée sans amélioration de la demande chinoise", ont cependant tempéré les analystes de Triland Metals.

Cependant, depuis la fin du printemps les observateurs du marché du cuivre ont noté des améliorations du côté des fondamentaux, et notamment de l'offre à cause des perturbations dans les mines et des réductions de production, qui pourraient stimuler le métal rouge.

 "La semaine dernière nous notions que Freeport et Asarco étaient les premiers à annoncer des coupes de production chez les géants du cuivre avec 100.000 tonnes de cuivre en moins pour l'année prochaine" et depuis Glencore s'y est également mis, ont souligné les analystes d'UniCredit.

Glencore, le géant du négoce des matières premières basé en Suisse, a en effet fait part lundi de la suspension de la production de cuivre dans deux mines, celle de Mopani en Zambie et de Katanga en République démocratique du Congo (RDC).

Cette mesure, prévue pour durer 18 mois, devrait se traduire par le retrait d'environ 400.000 tonnes de cuivre du marché.

Pourtant, si les coupes dans la production de cuivre ont fait la une de l'actualité, et malgré les volumes qui vont être retirés du marché, la réponse des prix n'a pas vraiment été notable, "pas plus que le rebond général précipité par des achats à bon compte", toujours selon UniCredit.

Mais toutes ces volumes perdus pourraient finir par faire grimper les prix du métal rouge, surtout si le gouvernement chinois poursuit ses mesures pour stimuler l'économie.

L'aluminium progresse moins fermement

L'aluminium s'est lui aussi apprécié cette semaine, montant mercredi à un maximum depuis la fin juillet, à 1.655 dollars la tonne, mais les fondamentaux de marchés demeurent un peu moins bons que pour le cuivre et les inquiétudes sur la Chine pèsent toujours sur le métal.

Selon les experts de Triland Metals, les cours ont été soutenus mercredi par l'annonce de la fermeture d'une cuve d'électrolyse dans l'usine Century Aluminium aux États-Unis, dans le Kentucky, et de l'intention de l'exploitant de fermer à la fin du mois prochain l'usine entière, dont la capacité est de 255.000 tonnes d'aluminium par an.

Mais selon des analystes, le rebond des cours de l'aluminium était plus lié à l'humeur générale sur les marchés des métaux de base et à des achats à bon compte qu'à des fondamentaux solides.

En effet, le surplus d'offre continue de plomber l'aluminium pour le moment, malgré une augmentation constatée de la demande.

De leurs côtés le nickel et l'étain ont atteint respectivement jeudi et vendredi leurs plus haut niveau en trois semaines à respectivement 10.475 dollars la tonne et 15.520 dollars la tonne

07:59 Écrit par Recycling dans Actualité, Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : metaux | | |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.