24/10/2015

Les métaux industriels perdent du terrain, plombés par le ralentissement chinois

Londres (awp/afp) - Les prix des métaux de base échangés sur le London Metal Exchange (LME) ont baissé cette semaine sous l'effet du ralentissement confirmé de la croissance chinoise et d'une surabondance persistante de l'offre, même s'ils ont tenté de rebondir en fin de semaine.

La publication en début de semaine d'indicateurs chinois décevants a pesé sur les cours des métaux de base, en particulier l'aluminium.

La production industrielle, indicateur clé de la demande sur le marché des matières premières, a en effet fortement ralenti en septembre dans la deuxième économie mondiale pour s'afficher en hausse de 5,7% sur un an, contre 6,1% en août.

La croissance du produit intérieur brut (PIB) chinois a ralenti à 6,9% sur un an au troisième trimestre de l'année, soit la plus faible performance trimestrielle de la deuxième économie mondiale et premier consommateur de métaux industriels depuis la crise financière de 2009.

Cette baisse a toutefois été en partie enrayée en fin de semaine par de nouvelles statistiques témoignant d'une reprise du marché immobilier et d'un bond des importations de métaux en Chine.

"Il y a de nouveaux signes de reprise sur le marché de l'immobilier en Chine: selon des données du Bureau national des statistiques (BNS), par exemple, les prix des maisons neuves ont grimpé en septembre sur un mois dans 39 des 70 villes pour lesquelles des statistiques sont réalisées", soulignaient les analystes de Commerzbank.

"Cela pourrait conduire à un renforcement du secteur de la construction, plus gros consommateur de métaux industriels", ajoutaient-ils.

La banque centrale chinoise (PBOC) a en outre annoncé vendredi une baisse de 0,25 point de pourcentage de son taux directeur, une mesure destinée à contrer le récent ralentissement économique du pays.

"Les métaux de base ont été poussés à la hausse dans le sillage de cette annonce, mais le renforcement du dollar suscite un vent contraire", expliquaient les analystes de ICBC Standard.

Après avoir annoncé jeudi le maintien inchangés de ses taux directeurs, la BCE a précisé, par la voix de son président Mario Draghi, qu'elle allait "réexaminer" sa politique monétaire lors de sa prochaine réunion du conseil des gouverneurs en décembre, ce qui a eu pour effet de renforcer le dollar face à l'euro.

"L'effet de ces nouvelles ne s'est pas encore fait sentir sur les métaux de base, mais la force du dollar et la volatilité resteront d'importants facteurs pour le mois de décembre et la fin de l'année", poursuivait-on chez ICBC Standard.

L'ALUMINIUM POUSSÉ DANS SES RETRANCHEMENTS

Les cours de l'aluminium se sont enfoncés dans le rouge cette semaine, atteignant même vendredi un plus bas depuis juin 2009 à 1479 dollars la tonne.

"Alors que les cours de l'aluminium ont déjà chuté de 20% (depuis mi-mai, ndlr), la pression baissière qui s'exerce sur eux semble ne pas devoir se relâcher après que des données de l'Association internationale de l'aluminium ont montré que la production mondiale a continué de grimper en septembre, augmentant de 10% sur un an, essentiellement en raison de la production chinoise", indiquait Kash Kamal, analyste chez Sucden Capital.

"Parce que la Chine produit trop d'aluminium elle-même, elle en exporte de grosses quantités, ce qui implique que le marché mondial demeure considérablement surapprovisionné", notaient pour leur part les analystes de Commerzbank.

LE CUIVRE TOUJOURS À LA PEINE

Le cuivre, en dépit d'un rebond jeudi, a également continué à perdre du terrain cette semaine, plombé par une surabondance d'offre sur le marché.

Selon les analystes d'ICBC Standard, cette hausse de courte durée peut s'expliquer par "un nouveau déclin dans les stocks du LME, qui n'a rien de spécial en soi, (mais) a cependant maintenu l'attention sur le marché du cuivre raffiné et sur le manque relatif d'unités de cuivre".

Ce sentiment s'est en outre trouvé conforté par une hausse des importations chinoises de cuivre raffiné, qui ont progressé de 36% en septembre sur un mois, selon les analystes de Barclays.

Ces derniers ajoutaient toutefois que ces données encourageantes devaient être mises en perspective avec la baisse de la demande chinoise.

Selon eux, de nouvelles données du Groupe d'étude international sur le cuivre (ICSG) ont en outre confirmé le déséquilibre persistant entre l'offre et la demande.

L'ICSG a en effet estimé cette semaine que le surplus de cuivre sur le marché, corrigé des variations saisonnières, avait atteint 86'000 tonnes entre janvier et juillet.

08:32 Écrit par Recycling dans Actualité, Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : metaux | | |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.