23/11/2015

Les métaux industriels continuent à décrocher, lestés par un dollar fort

Londres (awp/afp) - Les prix des métaux de base échangés sur le London Metal Exchange (LME) ont accentué leur plongeon cette semaine, tombant pour la plupart à de nouveaux plus bas en plus de cinq ans, sur fond de renforcement continu du dollar et d'inquiétudes entourant la santé de l'économie chinoise.

"Les prix des métaux ont décliné de 12 à 17% depuis la fin octobre. Au cours de cette période, les statistiques économiques chinoises pour le mois d'octobre ont déçu, le dollar s'est renforcé et le marché des matières premières dans son ensemble a perdu du terrain", ont relevé les analystes de Goldman Sachs.

Selon eux, le marché des métaux de base semble de plus en plus prendre en compte dans ses prix l'affaiblissement de l'économie chinoise, et donc de la demande de métaux afférente.

La publication ce mois-ci d'une succession d'indicateurs chinois décevants, de mauvais augure pour la demande du premier consommateur de métaux industriels au monde, a particulièrement pesé sur les cours des métaux de base.

Le ralentissement de l'économie chinoise est aussi l'une des principales causes invoquées dans la nouvelle récession à laquelle fait face le Japon, partenaire commercial majeur de la Chine.

Cette rechute "souligne la faiblesse de la demande japonaise de matières premières en général et de métaux en particulier", ont noté les analystes de Commerzbank, rappelant que l'archipel était le plus gros consommateur asiatique de métaux après la Chine.

Le renforcement du dollar cette semaine, alimenté par les perspectives d'un relèvement des taux d'intérêt américains le mois prochain, a également contribué à assombrir le tableau.

Or, après les excellents chiffres de l'emploi américains dévoilés début novembre, la publication mardi d'une accélération de l'inflation aux États-Unis en octobre est venue renforcer la probabilité de voir la Fed procéder à un resserrement du crédit lors de sa prochaine réunion en décembre, alors que les dernières interventions des membres de l'institution ont également plaidé en ce sens.

Une telle hausse des taux est de bon augure pour le dollar car elle le rendrait plus rémunérateur et donc attractif pour les investisseurs. Mais elle pèse sur les achats de matières premières, dont les métaux, qui sont libellés en billets verts et donc rendus plus onéreux pour les investisseurs munis d'autres devises.

Les cours de la plupart des métaux industriels amorçaient néanmoins une reprise en fin de semaine, encouragée par un temporaire accès de faiblesse du dollar jeudi.

"Certains acteurs du marché considèrent apparemment les prix actuels - que nous estimons vraiment bas - comme l'occasion de faire des achats à bon compte ou de se couvrir contre de futures pertes", ont commenté les analystes de Commerzbank.

- Le cuivre craint pour la demande mondiale -

A l'image des autres métaux industriels, le cuivre s'est enfoncé dans le rouge cette semaine, après être passé sous les 5.000 dollars la tonne la semaine dernière, et a signé jeudi un nouveau plus bas en près de six ans et demi, à 4.573 dollars la tonne.

"Le cuivre a poursuivi son déclin (...) alors que la force du dollar et des fondamentaux (le rapport entre l'offre et la demande, NDLR) baissiers pèsent sur le moral du marché", a relevé Myrto Sokou, analyste chez Sucden Financial.

"En dépit des récentes réductions de production, nous nous attendons à un surplus de cuivre au quatrième trimestre (environ 375.000 tonnes), entraîné non pas par une production excédentaire mais plutôt par la faiblesse de la demande mondiale", ont expliqué pour leur part les analystes de Barclays.

Selon eux en effet, la demande de cuivre à la fois en Chine et en dehors de la Chine continue de décevoir tandis que le ralentissement de la production industrielle observé récemment sur des marchés développés de première importance, comme l'Allemagne, est venue conforter ces perspectives baissières de la demande.

- L'aluminium plombé par la surabondance d'offre -

Les prix de l'aluminium ont également perdu du terrain cette semaine, touchant jeudi de nouveaux plus bas depuis juin 2009, à 1.453 dollars.

Les cours ont notamment été affectés par les annonces du géant russe de l'aluminium Rusal, qui a réduit vendredi sa prévision de demande mondiale pour cette année en raison de la situation dans certains pays émergents.

De leur côté, les analystes de Commerzbank ont rapporté que des réductions considérables de production semblaient être imminentes en Chine en raison de la faiblesse des prix, soulignant que si elles étaient effectivement mises en place, elles pourraient apporter un soutien aux cours.

Souffrant également de l'essoufflement de la demande chinoise et du renforcement du dollar, la tonne de plomb est tombée jeudi à 1.566 dollars, un plus bas en près de cinq ans et demi, tandis que l'étain a atteint le même jour 14.195 dollars la tonne, un minimum en plus de deux mois.

De son côté, le zinc a plongé jeudi à 1.487 dollars la tonne, un plus bas en près de six ans et demi tandis que le nickel, payant le plus lourd tribut, a baissé vendredi jusqu'à 8.800 dollars la tonne, un plus bas depuis le 24 juillet 2003.

06:42 Écrit par Recycling dans Actualité, Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : metaux | | |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.