28/11/2015

Les métaux industriels rebondissent grâce au soutien des régulateurs chinois

Londres (awp/afp) - Les prix des métaux de base échangés sur le London Metal Exchange (LME) ont regagné du terrain cette semaine, soutenus par une possible intervention des autorités chinoises pour enrayer la chute des cours.

Après avoir touché de nouveaux plus bas en début de semaine, les cours des métaux industriels ont nettement rebondi à compter de mardi, bénéficiant à la fois d'achats à bon compte d'investisseurs en quête de bonnes affaires et d'informations laissant entendre que la Chine, le premier consommateur de métaux industriels au monde, pourrait prendre des mesures sur son marché national pour mettre un terme au déclin des prix.

"Le dynamisme des prix est dû à différentes informations en provenance de Chine qui sont arrivées en même temps", ont relevé les analystes de Commerzbank.

D'une part, selon plusieurs analystes, l'Association chinoise de l'industrie des métaux non-ferreux a demandé à ce que les régulateurs chinois enquêtent sur des ventes à découvert potentiellement malveillantes dans les contrats domestiques sur les métaux, un mode de transaction ordinaire consistant à parier à la baisse sur un titre mais qui serait détourné pour plomber les cours artificiellement.

D'autre part, les cours bénéficiaient également du fait que la même association professionnelle a exhorté la Commission d'État pour la réforme et le développement à acheter de l'aluminium et du nickel afin d'appuyer les prix et de réduire la surabondance d'offre.

 "L'association propose que le Bureau des Réserves d'État chinois (SBR) (qui gère les réserves de métaux du pays, NDLR) achète 900.000 tonnes d'aluminium et 30.000 tonnes de nickel, ce qui équivaudrait à 1,8% de la production chinoise d'aluminium l'an dernier et à 4,7% de la production de nickel", ont observé les analystes de Commerzbank.

Toutefois, tempéraient-ils, si de telles mesures vont sans doute contribuer à la hausse des prix à court terme, elles vont aussi, en réduisant le besoin de réductions de production, compromettre le processus d'ajustement sur le moyen à long terme dont le marché a besoin.

Les métaux de base peinaient toutefois vendredi à défendre leurs gains, lestés notamment, selon les analystes de Commerzbank, par la chute de plus de 5% des Bourse chinoises entraînée par le recul des bénéfices des grandes entreprises industrielles chinoises pour le cinquième mois consécutif en octobre.

- Le cuivre se reprend peu à peu -

 Le cuivre, à l'image des autres métaux industriels, a bénéficié des annonces en provenance de Chine, quoique sa reprise ait été moins spectaculaire que celle d'autres métaux de base.

Les cours du métal rouge avaient notamment été durement affectés la semaine dernière par l'annonce du géant minier chilien Codelco, le plus important producteur de cuivre au monde, qui a dit préférer réduire ses coûts plutôt que sa production.

Le prix de la tonne de cuivre pour livraison dans trois mois est ainsi tombé lundi à 4.443,50 dollars, soit un plus bas depuis fin mai 2009.

"Avec d'importants surplus qui s'annoncent, les prix pourraient avoir besoin de baisser davantage pour encourager les réductions de production nécessaires pour que le marché du cuivre se rééquilibre à moyen terme", ont indiqué les analystes de Barclays.

Mais de son côté, Fawad Razaqzada, analyste chez Forex.com, a observé qu'avec les entreprises minières comme la suisse Glencore qui se précipitent pour réduire leur production, l'offre de cuivre devrait commencer à se resserrer et la chute des prix à ralentir à partir de 2016.

- Le nickel peu sensible aux coupes de production -

Les cours du nickel, qui ont profité comme les autres métaux de base des nouvelles en provenance de Chine, sont néanmoins repartis à la baisse en fin de semaine, malgré les coupes de production décidées par les producteurs chinois.

Le prix de la tonne de nickel pour livraison dans trois mois est ainsi tombée mardi à 8.145 dollars, son niveau le plus bas depuis le 30 juin 2003.

Alors que les cours du nickel évoluent actuellement à leurs plus bas niveaux depuis 12 ans, huit producteurs de nickel, qui représentent la quasi-totalité de la production chinoise, se sont réunis vendredi afin de tenter d'enrayer la dégringolade des prix.

Ces producteurs se sont accordés sur une réduction d'"au moins 20%" de leur offre en 2016, ce qui pourrait équivaloir à une baisse d'environ 120.000 tonnes, a indiqué Bloomberg News, citant une déclaration commune des huit groupes diffusée via la messagerie téléphonique WeChat par.

A l'issue de leur rencontre, les huit groupes, parmi lesquels figuraient Jinchuan et Tsingshan Holdings, ont également décidé de diminuer leur production de 15.000 tonnes en décembre, ajoutait l'agence financière.

De façon similaire, les producteurs chinois de zinc s'étaient mis d'accord la semaine dernière pour réduire drastiquement leur offre l'an prochain.

De son côté, l'aluminium a plongé lundi à 1.432 dollars la tonne, un plus bas en six ans et demi tandis que le plomb est tombé ce même jour à 1.551 dollars la tonne, un minimum depuis le 13 juillet 2009.

Par ailleurs, la tonne d'étain a atteint lundi 14.020 dollars, un plus bas depuis début septembre, avant de monter jeudi jusqu'à 15.030 dollars, un plus haut depuis fin octobre.

08:19 Écrit par Recycling dans Actualité, Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : metaux | | |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.