19/03/2016

Les métaux industriels sauvés par la Fed

Londres (awp/afp) - Les prix des métaux de base échangés sur le London Metal Exchange (LME) ont connu pour la plupart une semaine en deux temps, souffrant tout d'abord de mauvais indicateurs chinois avant de nettement se reprendre à partir de jeudi grâce à l'affaiblissement du dollar.

Les cours ont en effet été affectés en début de semaine par les chiffres décevants sur la production industrielle en Chine publiés durant le week-end avant de franchement rebondir dans le sillage de la décision de la Réserve fédérale américaine (Fed) annoncée mercredi, qui a conduit à une nette dépréciation du dollar.

La production industrielle chinoise a progressé de 5,4% sur un an au cours des deux mois cumulés de janvier et février, contre une hausse de 5,9% en décembre, soit son plus faible rythme de croissance depuis plus de 7 ans, alors que le secteur reste plombé par les surcapacités et une demande terne.

Les métaux ont toutefois été diversement touchés par ces données, le cuivre, l'étain et le nickel parvenant à se stabiliser en début de semaine tandis que l'aluminium, le plomb et le zinc ont plus nettement décliné.

"Les prix continuent à faire du surplace après avoir fortement progressé entre mi-janvier et début mars. Le marché attend quelque nouvelle impulsion lui indiquant la voie à suivre", ont relevé les analystes de Commerzbank.

De même, les analystes d'Unicredit se demandaient si le ralentissement observé depuis deux semaines sur le marché des métaux industriels constituait une simple pause ou marquait la fin du mouvement de hausse amorcé mi-février.

"Étant donné les forts rebonds (survenus) dernièrement, il n'est pas surprenant que les prix se soient affaiblis sous l'effet de prises de bénéfices (...) et de ventes à terme par les producteurs qui ont davantage d'importante désormais que les prix sont à des plus hauts pluri-mensuels", ont-ils noté.

Les prix des métaux de base - à l'image de l'ensemble des matières premières - ont toutefois fortement rebondi à compter de jeudi, profitant de l'affaiblissement du billet vert consécutif à la décision prudente de la banque centrale américaine de laisser pour l'heure ses taux d'intérêt inchangés et de procéder à de futures hausses de taux à un rythme moins rapide qu'attendu.

Toute dépréciation du dollar favorise en effet les achats de métaux, libellés en billets verts, qui sont dès lors rendus moins onéreux pour les investisseurs munis d'autres devises.

En dehors de la Fed, les métaux industriels ont aussi bénéficié des propos du Premier ministre chinois Li Keqiang qui a affirmé mercredi que l'économie chinoise ne connaîtrait pas d'"atterrissage brutal" en promettant d'intensifier les réformes structurelles.

"Nous pensons que cela va demander à ce que de nouvelles mesures de soutien économique soient mises en oeuvre, ce qui devrait aussi contribuer à une solide demande pour les métaux", ont estimé les analystes de Commerzbank.

- Le cuivre en phase de consolidation -

Le cuivre, soutenu notamment par des prévisions de déficit encourageantes, a réussi à consolider ses gains cette semaine, avant d'accroître nettement ses gains à partir de jeudi sur fond de dépréciation du dollar.

Le cours du métal rouge a même atteint vendredi 5.131 dollars la tonne, soit un plus haut en plus de quatre mois.

Les experts de Commerzbank se sont montrés optimistes sur les perspectives de rebond du cuivre à moyen et long terme, même si à plus court terme, les prix du métal rouge pouvaient selon eux être sujets à quelques corrections en raison de prises de bénéfices.

Ils ont notamment rappelé que le Groupe d'étude international sur le cuivre (ICSG) prévoyait un déficit d'offre de cuivre cette année, ce qui marquerait la septième année consécutive de déficit sur ce marché.

En outre, "l'ICSG n'envisage qu'un faible excès d'offre (20.000 tonnes) en 2017. Si les prix devaient rester bas ou décliner à nouveau, cela pourrait déboucher sur des réductions plus prononcées de l'offre, qui devraient finir par apporter un soutien aux prix du cuivre", ont poursuivi les experts de Commerzbank.

- L'aluminium creuse ses pertes -

Les perspectives semblaient moins florissantes du côté des cours de l'aluminium, qui se sont enfoncés cette semaine en raison de perspectives d'offre toujours excédentaire, avant de se reprendre à partir de jeudi grâce au dollar.

Les cours ont été particulièrement affectés en début de semaine après que le groupe chinois Hongqiao, premier producteur mondial d'aluminium, a annoncé qu'il comptait augmenter de quelque 16% à 6 millions de tonnes ses capacités de production cette année, alors que le marché est confronté à des excédents persistants, selon des informations rapportées par l'agence Bloomberg News.

La tonne d'aluminium est même tombée mercredi à 1.508 dollars, un minimum en un mois.

De son côté le plomb, seul métal avec l'aluminium à avoir fini la semaine en baisse, a atteint mercredi un plus bas en un mois à 1.768 dollars.

10:31 Écrit par Recycling dans Actualité, Général | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : metaux | | |  Facebook | |

Commentaires

merci loana

Écrit par : villeneuve | 20/03/2016

Les commentaires sont fermés.