24/10/2015

Les métaux industriels perdent du terrain, plombés par le ralentissement chinois

Londres (awp/afp) - Les prix des métaux de base échangés sur le London Metal Exchange (LME) ont baissé cette semaine sous l'effet du ralentissement confirmé de la croissance chinoise et d'une surabondance persistante de l'offre, même s'ils ont tenté de rebondir en fin de semaine.

La publication en début de semaine d'indicateurs chinois décevants a pesé sur les cours des métaux de base, en particulier l'aluminium.

La production industrielle, indicateur clé de la demande sur le marché des matières premières, a en effet fortement ralenti en septembre dans la deuxième économie mondiale pour s'afficher en hausse de 5,7% sur un an, contre 6,1% en août.

La croissance du produit intérieur brut (PIB) chinois a ralenti à 6,9% sur un an au troisième trimestre de l'année, soit la plus faible performance trimestrielle de la deuxième économie mondiale et premier consommateur de métaux industriels depuis la crise financière de 2009.

Cette baisse a toutefois été en partie enrayée en fin de semaine par de nouvelles statistiques témoignant d'une reprise du marché immobilier et d'un bond des importations de métaux en Chine.

"Il y a de nouveaux signes de reprise sur le marché de l'immobilier en Chine: selon des données du Bureau national des statistiques (BNS), par exemple, les prix des maisons neuves ont grimpé en septembre sur un mois dans 39 des 70 villes pour lesquelles des statistiques sont réalisées", soulignaient les analystes de Commerzbank.

"Cela pourrait conduire à un renforcement du secteur de la construction, plus gros consommateur de métaux industriels", ajoutaient-ils.

La banque centrale chinoise (PBOC) a en outre annoncé vendredi une baisse de 0,25 point de pourcentage de son taux directeur, une mesure destinée à contrer le récent ralentissement économique du pays.

"Les métaux de base ont été poussés à la hausse dans le sillage de cette annonce, mais le renforcement du dollar suscite un vent contraire", expliquaient les analystes de ICBC Standard.

Après avoir annoncé jeudi le maintien inchangés de ses taux directeurs, la BCE a précisé, par la voix de son président Mario Draghi, qu'elle allait "réexaminer" sa politique monétaire lors de sa prochaine réunion du conseil des gouverneurs en décembre, ce qui a eu pour effet de renforcer le dollar face à l'euro.

"L'effet de ces nouvelles ne s'est pas encore fait sentir sur les métaux de base, mais la force du dollar et la volatilité resteront d'importants facteurs pour le mois de décembre et la fin de l'année", poursuivait-on chez ICBC Standard.

L'ALUMINIUM POUSSÉ DANS SES RETRANCHEMENTS

Les cours de l'aluminium se sont enfoncés dans le rouge cette semaine, atteignant même vendredi un plus bas depuis juin 2009 à 1479 dollars la tonne.

"Alors que les cours de l'aluminium ont déjà chuté de 20% (depuis mi-mai, ndlr), la pression baissière qui s'exerce sur eux semble ne pas devoir se relâcher après que des données de l'Association internationale de l'aluminium ont montré que la production mondiale a continué de grimper en septembre, augmentant de 10% sur un an, essentiellement en raison de la production chinoise", indiquait Kash Kamal, analyste chez Sucden Capital.

"Parce que la Chine produit trop d'aluminium elle-même, elle en exporte de grosses quantités, ce qui implique que le marché mondial demeure considérablement surapprovisionné", notaient pour leur part les analystes de Commerzbank.

LE CUIVRE TOUJOURS À LA PEINE

Le cuivre, en dépit d'un rebond jeudi, a également continué à perdre du terrain cette semaine, plombé par une surabondance d'offre sur le marché.

Selon les analystes d'ICBC Standard, cette hausse de courte durée peut s'expliquer par "un nouveau déclin dans les stocks du LME, qui n'a rien de spécial en soi, (mais) a cependant maintenu l'attention sur le marché du cuivre raffiné et sur le manque relatif d'unités de cuivre".

Ce sentiment s'est en outre trouvé conforté par une hausse des importations chinoises de cuivre raffiné, qui ont progressé de 36% en septembre sur un mois, selon les analystes de Barclays.

Ces derniers ajoutaient toutefois que ces données encourageantes devaient être mises en perspective avec la baisse de la demande chinoise.

Selon eux, de nouvelles données du Groupe d'étude international sur le cuivre (ICSG) ont en outre confirmé le déséquilibre persistant entre l'offre et la demande.

L'ICSG a en effet estimé cette semaine que le surplus de cuivre sur le marché, corrigé des variations saisonnières, avait atteint 86'000 tonnes entre janvier et juillet.

08:32 Écrit par Recycling dans Actualité, Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : metaux | | |  Facebook | |

10/10/2015

Glencore fait bondir le zinc qui emmène les autres métaux avec lui

Londres (awp/afp) - Les prix du zinc ont grimpé en flèche vendredi, stimulés par l'annonce de réduction d'un tiers de la production annuelle du métal du géant minier Glencore, emportant avec eux les cours des autres métaux qui profitaient également d'un affaiblissement du dollar.

Glencore fait chauffer le zinc

Les cours du zinc échangés sur le London Metal Exchange (LME) ont atteint 1.875 dollars la tonne vendredi, leur niveau le plus élevé en deux mois. Ils ont grimpé de plus de 12% par rapport à leur clôture de la veille.

 "La principale nouvelle a été l'annonce de Glencore sur ses coupes de production en Amérique du Sud, en Australie et au Kazakhstan", ont observé les analystes de Sucden Financial.

Le géant des métaux a annoncé vendredi une réduction d'un tiers de sa production annuelle de zinc, soit de 500.000 tonnes, face aux prix actuellement très bas de ce minerai, ce qui se traduira par quelque 1.500 suppressions d'emplois.

 Pour les experts de Commerzbank, "cela équivaut à 3,8% de la production mondiale de zinc sur l'année dernière et environ un tiers de la production annuelle de Glencore".

 Avant le rebond de vendredi, les cours du zinc étaient à la peine depuis le début du mois de mai, lestés par un excédent d'offre sur le marché, et avaient atteint la semaine dernière leur plus bas niveau en cinq ans, à 1.601,50 dollars la tonne.

Mais pour Caroline Bain, analyste chez Capital Economics, cette dégringolade des cours a été exagérée, le surplus d'offre sur les marchés étant, pour elle, temporaire.

"Oui, il y a eu une petite hausse des réserves du LME, mais dans leur ensemble les stocks de zinc ont baissé cette année (...) et la demande de ce métal a été beaucoup plus forte que pour les autres métaux de base", a souligné Mme Bain.

 Les coupes de Glencore, couplées avec la fermeture de deux autres mines (Century en Australie, et Lisheen en Irlande) devraient offrir un soutien important aux prix du zinc, en retirant, selon Caroline Bain, 10% de l'offre minière du marché.

Le Groupe international d'étude du plomb et du zinc (ILZSG) a annoncé vendredi anticiper une hausse de la demande de 2,6% en 2016, à 11,11 millions de tonnes.

-Les autres métaux de base grimpent aussi-

Les cours des autres métaux ont été stimulés par la hausse du zinc, les investisseurs s'empressant de fermer leurs positions vendeuses, selon les analystes de Sucden.

 Les cours du cuivre et de l'aluminium ont grimpé vendredi à leur plus haut niveau en trois semaines, à respectivement 5.356 dollars la tonne et 1.646 dollars la tonne.

Les tarifs de l'étain sont montés vendredi à un maximum depuis fin juillet, à 16.440 dollars la tonne. Et ceux du nickel ont atteint le même jour leur plus haut niveau en deux mois, à 10.785 dollars la tonne.

"L'effet zinc a aidé les autres métaux industriels, mais la hausse des cours du pétrole et un dollar plus faible sont également positifs pour les matières premières industrielles", a souligné Caroline Bain de Capital Economics.

Le ton prudent des minutes de la Réserve fédérale américaine, laissant penser que l'institution pourrait repousser encore la hausse des ses taux, a en effet lesté le billet vert. Or un dollar affaibli rend les achats de métaux industriels libellés en dollars moins onéreux pour les acheteurs munis d'autres devises.

09:42 Écrit par Recycling dans Actualité, Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : metaux | | |  Facebook | |

03/10/2015

Les métaux industriels restent sous pression

Londres (awp/afp) - Les prix des métaux de base échangés sur le London Metal Exchange (LME) ont bien résisté à des statistiques économiques chinoises moroses cette semaine, mais les inquiétudes concernant l'essoufflement de l'économie mondiale pèsent sur les cours.

Des chiffres un peu meilleurs qu'attendu sur l'activité manufacturière en Chine, premier consommateur de métaux industriels au monde, pour le mois de septembre, ont soutenu les cours des métaux de base jeudi, selon Ole Hansen, analyste chez Saxo Bank.

L'indice PMI des directeurs d'achats rendu public jeudi par le Bureau national des statistiques (BNS) pour le mois passé s'est en effet établi à 49,8. C'était davantage qu'en août (49,7) et mieux qu'attendu par les experts.

Le cuivre aidé par la Chine...

Les cours du cuivre ont ainsi grimpé jeudi à 5.230 dollars la tonne, leur plus haut niveau en une semaine et demi.

Mais le rebond du métal rouge ne s'est pas construit sur des bases solides et le marché continue de regarder vers la Chine avec nervosité.

"Les inquiétudes sur une faiblesse de la demande chinoise qui pourrait affecter l'économie mondiale n'ont pas disparu", constataient les analystes d'Unicredit.

En effet, si l'activité manufacturière chinoise a été moins décevante qu'attendu, elle s'est repliée pour le deuxième mois de suite, alors que le secteur industriel est un pilier essentiel de la croissance de la deuxième puissance économique mondiale.

... puis plombé par les États-Unis

Par ailleurs, la publication de chiffres de l'emploi décevants aux États-Unis a également contribué à renforcer les craintes sur la santé de l'économie mondiale, et donc de la demande en matières premières.

Les métaux de base, dont le cuivre, ont ainsi réagi assez négativement à la publication du rapport du ministère du Travail américain, selon les analystes de Sucden Financials.

Le cuivre a même menacé vendredi de retomber sous le seuil des 5.000 dollars la tonne, un niveau au dessus duquel il était repassé en début de semaine.

L'aluminium a connu une semaine similaire au cuivre, montant jeudi à 1.598 dollars la tonne, son niveau le plus haut en une semaine et demi, avant de s'affaiblir, lesté par les chiffres de l'emploi américain.

Les cours du plomb ont chuté vendredi à leur plus bas niveau depuis un mois et demi, à 1.619 dollars la tonne.

La tonne de nickel a elle grimpé jeudi à son plus haut niveau en un peu plus de deux semaines, grâce à des annulations de mandats au LME qui pourraient se traduire par le retrait de l'équivalent de 54.690 tonnes de métal des stocks officiels de l'échange londonien, selon les analystes d'Unicredit.

10:37 Écrit par Recycling dans Actualité, Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : metaux | | |  Facebook | |

25/09/2015

Les métaux industriels sous l'emprise de la Chine

Londres (awp/afp) - Les prix des métaux de base échangés sur le London Metal Exchange (LME) ont été de nouveau lestés par les inquiétudes concernant l'essoufflement de l'économie chinoise, après une nouvelle contraction de l'activité manufacturière dans le pays.

L'indice PMI des directeurs d'achat pour la Chine s'est établi à 47,0 en septembre, contre 47,3 en août, selon un chiffre provisoire calculé par le cabinet Markit et publié mercredi par le groupe de presse Caixin.

L'activité manufacturière chinoise s'est ainsi encore lourdement contractée en septembre, tombant à son plus bas niveau depuis six ans et demi, et confirmant l'essoufflement persistant de la croissance de la deuxième économie mondiale et du premier consommateur de métaux de base au monde.

"Cela va sûrement exacerber les inquiétudes parmi les opérateurs du marché des métaux de base sur le fait que l'économie chinoise se dirige vers un atterrissage forcé", ont noté les analystes de Commerzbank.

- Le cuivre lesté par un surplus-

Les cours du cuivre sont ainsi tombés jeudi à 5.013,50 dollars la tonne, leur plus bas niveau en près d'un mois, à cause de ces craintes sur l'économie chinoise mais aussi à cause d'un surplus d'offre sur le marché.

Le groupe international d'étude sur le cuivre (ICSG) a fait état d'un surplus d'offre de 91.000 tonnes pour la première moitié de l'année, notamment à cause d'un déclin de la demande, alors que selon les analystes de Commerzbank le marché à la même période l'année dernière avait enregistré un déficit de 510.000 tonnes.

"Dans la première moitié de 2015, la demande apparente mondiale de cuivre a décliné de 2% (245.000 tonnes) en comparaison avec la même période en 2014", a souligné ICSG.

Lors de la même période, dans les premiers six mois de l'année 2015, la production minière mondiale a elle augmenté de 3%, soit 280.000 tonnes, a noté ICSG.

Les analystes d'Unicredit continuent cependant de penser que les prix du métal rouge devraient s'améliorer à cause d'un resserrement attendu de l'offre.

En effet, depuis la fin du printemps certains observateurs du marché du cuivre ont noté des améliorations du côté des fondamentaux, et notamment de l'offre, à cause de perturbations dans les mines au Chili et en Zambie notamment, et des coupes de production par les géants du secteur sur fond de baisse des cours.

- Le zinc baisse, lesté par une hausse des stocks -

Les cours du zinc, métal utilisé pour la galvanisation de l'acier pour empêcher que ce dernier ne rouille, ont de nouveau décroché cette semaine, atteignant jeudi 1.621,50 dollars la tonne, soit leur plus bas niveau en cinq ans.

"Les prix du zinc ont été plombés par une augmentation des stocks et la menace d'une nouvelle hausse des réserves à venir", ont commenté les analystes d'Unicredit.

Les réserves de zinc stockées dans les entrepôts du LME ont atteint la semaine dernière 617.000 tonnes, soit leur plus haut niveau en quatre mois et demi, et évoluaient toujours autour des 600.000 tonnes à la fin de cette semaine.

Les analystes d'Unicredit ont également constaté que le groupe international d'étude sur le plomb et le zinc avait fait état d'un surplus d'offre sur le marché du zinc en juillet.

19:58 Écrit par Recycling dans Actualité, Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : metaux | | |  Facebook | |

18/09/2015

Les métaux industriels se sont focalisés sur la Fed

Londres (awp/afp) - Les prix des métaux de base échangés sur le London Metal Exchange (LME) sont restés stables cette semaine, dans un marché focalisé sur la Réserve fédérale américaine (Fed) et décortiquant sa décision de maintenir les taux inchangés.

"Pour les marchés des métaux, la semaine a tourné autour de la Fed", ont constaté les analystes d'Unicredit.

Les marchés sont en effet restés frileux avant l'annonce de la Fed jeudi, ne prenant pas de positions trop risquées au cas où la décision de l'institution tirerait les marchés des matières premières vers le bas.

La banque centrale américaine a finalement choisi jeudi soir de rester prudente et de maintenir sa politique de taux zéro.

Mais une hausse du taux de la banque centrale américaine aurait pu renforcer le billet vert et peser sur les cours des métaux de base, libellés en dollars, en les rendant plus onéreux pour les acheteurs munis d'autres devises.

Malgré tout, la pression baissière sur le marché des métaux de base ne s'est pas dissipée.

En effet, une fois la décision annoncée, les investisseurs se sont inquiétés du ton prudent de la Fed et de ses incertitudes sur les économies des pays émergents, notamment de la Chine. La Chine est le premier consommateur de métaux de base au monde.

Le cuivre tente de se stabiliser mais reste inquiété par la Fed.

Les prix du cuivre se sont stabilisés cette semaine, mais ont tout de même touché jeudi leur plus haut niveau en deux mois, à 5.440,50 dollars la tonne, après un tremblement de terre au Chili.

Le centre du Chili a été touché par un séisme de grande intensité dans la nuit de mercredi à jeudi. La réaction des marchés a été toutefois mesurée, les cours du cuivre prenant moins de 1% par rapport à leur plus haut de la veille.

La compagnie minière publique chilienne Codelco, plus importante productrice de cuivre au monde, n'a rapporté aucun dégât important sur ses installations, ni blessés, et reprenait ses opérations en fin de semaine dans les divisions fermées par précaution.

Le métal rouge s'est ainsi retrouvé de nouveau sous pression vendredi, les investisseurs s'intéressant de nouveau à la décision de la Fed, et se focalisant sur les inquiétudes de l'institution vis-à-vis de la Chine.

Le zinc touché aussi par la Fed

La nervosité des marchés juste avant la décision de la Fed s'est particulièrement fait ressentir sur le zinc.

Le métal est tombé jeudi à 1.616 dollars la tonne, un minimum en un peu plus de cinq ans, perdant ainsi près de 8% de sa valeur par rapport à la clôture de la veille.

"Une chute soudaine juste avant la clôture des marchés a montré l'état de nervosité des marchés avant la décision de la Fed", ont expliqué les analystes de Triland Metals.

Une hausse des stocks de zinc dans les réserves du LME ont également pesé sur les cours du métal. Les stocks ont en effet grimpé mardi à 617.000 tonnes, leur plus haut niveau depuis quatre mois et demi.

"Depuis qu'ils ont atteint un plus bas niveau en plusieurs années (à 427.000 tonnes, un minimum depuis 2009, NDLR) le 10 août les stocks de zinc ont grimpé de près 45%, soit un bon 190.000 tonnes", ont constaté les analystes de Commerzbank.

20:19 Écrit par Recycling dans Actualité, Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : metaux | | |  Facebook | |

12/09/2015

Les métaux industriels en hausse, mais toujours plombés par la Chine

Londres (awp/afp) - Les prix des métaux de base échangés sur le London Metal Exchange (LME) ont poursuivi leur hausse cette semaine, même si les inquiétudes sur l'essoufflement de l'économie chinoise se mettent en travers d'un rebond plus franc.

 "Les marchés restent nerveux face au ralentissement de la Chine", résumaient les analystes d'UniCredit car ce pays est le plus gros consommateur de métaux industriels au monde.

 La semaine précédente les métaux de base avaient bénéficié d'un répit grâce à deux jours de fermeture des marchés chinois, et certains observateurs avaient exprimé leurs doutes quant à la fermeté des cours une fois les places chinoises rouvertes.

Or les prix des métaux de base ont réussi à se maintenir, finissant la semaine en légère hausse ou stable, même si l'ombre de la Chine plombe toujours le moral des investisseurs.

Les fondamentaux du cuivre s'améliorent

Les cours du cuivre ont atteint jeudi leur plus haut niveau depuis le 22 juillet, à 5.435 dollars la tonne.

 "Comme pour le reste des métaux de base, tous les gains du cuivre pourraient être de courte durée sans amélioration de la demande chinoise", ont cependant tempéré les analystes de Triland Metals.

Cependant, depuis la fin du printemps les observateurs du marché du cuivre ont noté des améliorations du côté des fondamentaux, et notamment de l'offre à cause des perturbations dans les mines et des réductions de production, qui pourraient stimuler le métal rouge.

 "La semaine dernière nous notions que Freeport et Asarco étaient les premiers à annoncer des coupes de production chez les géants du cuivre avec 100.000 tonnes de cuivre en moins pour l'année prochaine" et depuis Glencore s'y est également mis, ont souligné les analystes d'UniCredit.

Glencore, le géant du négoce des matières premières basé en Suisse, a en effet fait part lundi de la suspension de la production de cuivre dans deux mines, celle de Mopani en Zambie et de Katanga en République démocratique du Congo (RDC).

Cette mesure, prévue pour durer 18 mois, devrait se traduire par le retrait d'environ 400.000 tonnes de cuivre du marché.

Pourtant, si les coupes dans la production de cuivre ont fait la une de l'actualité, et malgré les volumes qui vont être retirés du marché, la réponse des prix n'a pas vraiment été notable, "pas plus que le rebond général précipité par des achats à bon compte", toujours selon UniCredit.

Mais toutes ces volumes perdus pourraient finir par faire grimper les prix du métal rouge, surtout si le gouvernement chinois poursuit ses mesures pour stimuler l'économie.

L'aluminium progresse moins fermement

L'aluminium s'est lui aussi apprécié cette semaine, montant mercredi à un maximum depuis la fin juillet, à 1.655 dollars la tonne, mais les fondamentaux de marchés demeurent un peu moins bons que pour le cuivre et les inquiétudes sur la Chine pèsent toujours sur le métal.

Selon les experts de Triland Metals, les cours ont été soutenus mercredi par l'annonce de la fermeture d'une cuve d'électrolyse dans l'usine Century Aluminium aux États-Unis, dans le Kentucky, et de l'intention de l'exploitant de fermer à la fin du mois prochain l'usine entière, dont la capacité est de 255.000 tonnes d'aluminium par an.

Mais selon des analystes, le rebond des cours de l'aluminium était plus lié à l'humeur générale sur les marchés des métaux de base et à des achats à bon compte qu'à des fondamentaux solides.

En effet, le surplus d'offre continue de plomber l'aluminium pour le moment, malgré une augmentation constatée de la demande.

De leurs côtés le nickel et l'étain ont atteint respectivement jeudi et vendredi leurs plus haut niveau en trois semaines à respectivement 10.475 dollars la tonne et 15.520 dollars la tonne

07:59 Écrit par Recycling dans Actualité, Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : metaux | | |  Facebook | |