18/04/2015

Métaux industriels: prix en hausse, attentes de stimulus de l'économie chinoise

Londres (awp/afp) - Les prix des métaux de base échangés sur le London Metal Exchange (LME) ont presque tous progressé cette semaine malgré un ralentissement de la croissance chinoise au premier trimestre, les investisseurs s'attendant à de nouvelles mesures du gouvernement pour enrayer l'essoufflement de la deuxième économie mondiale.

La croissance économique de la Chine a décéléré fortement sur les trois premiers mois de l'année, ralentissant à 7,0% sur un an.

Mais les cours ont plutôt bien résisté à la nouvelle, car les investisseurs s'attendent à ce que la Chine mette en place de nouvelles mesures pour stimuler son économie.

"La question aujourd'hui sur les marchés est de savoir si, quand et comment les dirigeants chinois vont introduire des mesures de stimulus," ont noté les analystes de Sucden.

LE CUIVRE CONTINUE DE GRIMPER

Les prix du cuivre sont montés vendredi à leur plus haut niveau en trois semaines, à 6147 dollars la tonne.

"La faiblesse de l'économie chinoise au premier trimestre a renforcé les inquiétudes sur l'impact potentiel d'une baisse de la demande (de ce pays) sur les marchés des matières premières", ont expliqué les analystes de Capital Economics.

Mais les analystes restent positifs sur le développement économique de la deuxième économie mondiale et ses conséquences sur la demande de métaux industriels et notamment de cuivre.

Car la taille de l'économie chinoise est plus importante aujourd'hui, et l'augmentation du Produit intérieur brut (PIB) chinois en termes absolus est toujours plus importante qu'en 2007 (lorsque le taux de croissance de l'économie chinoise avait atteint 14%), selon les analystes.

Les autres métaux échangés au LME ont aussi connu une bonne semaine. L'aluminium a réussi à grimper jeudi à son plus haut niveau en deux mois, à 1844 dollars la tonne.

Le plomb et le zinc ont atteint le même jour leur plus haut niveau depuis début décembre, à respectivement 2053 dollars et 2245 dollars la tonne.

L'ÉTAIN À SON PLUS BAS EN CINQ ANS

Les cours de l'étain sont tombés vendredi à leur plus bas niveau en cinq ans et demi, à 13'600 dollars la tonne.

Le marché a été plombé cette semaine par des craintes d'un surplus d'offre, après une augmentation de la production en Chine, ont noté les analystes de Commerzbank.

"Mais le mouvement a été sûrement exacerbé par les ordres vendeurs des spéculateurs, d'autant plus que le marché de l'étain est assez petit et peu liquide", ont-ils soulignés.

Pour les analystes de Macquarie, pour que les cours se reprennent fermement, le marché a besoin que l'offre soit réduite afin de tacler le déséquilibre.

Toutefois, chez Sucden, on estimait que l'offre n'était pas si abondante qu'on voulait bien le croire. "Les stocks du LME sont en dessous des 10'000 tonnes et la dernière fois que les stocks étaient si bas, les prix dépassaient les 20'000 dollars la tonne", ont-ils insisté.

De son côté, le nickel est tombé mardi à son minimum en près de six ans, à 12'205 dollars la tonne, toujours sous la pression d'une offre abondante.

08:26 Écrit par Recycling dans Actualité, Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : metaux | | |  Facebook | |

11/04/2015

Métaux industriels: stables, sauf le zinc et le plomb qui grimpent

Londres (awp/afp) - Les prix de la plupart des métaux de base échangés sur le London Metal Exchange (LME) sont restés stables lors d'une semaine écourtée par un jour férié en raison des fêtes de Pâques, mais le zinc et le plomb ont bondi sur fond de resserrement de l'offre.

Les métaux de base ont connu une semaine assez calme, certains opérateurs de marché s'étant éloignés de leur bureau pour les congés de Pâques.

Les chiffres de l'inflation en Chine ont tout de même un peu aidé les métaux industriels. L'inflation s'est maintenue à 1,4% en mars sur un an, un chiffre légèrement supérieur aux estimations.

Mais la conjoncture en Chine reste sombre: le secteur manufacturier oscille toujours entre stagnation et contraction.

Et si les métaux semblent s'être stabilisés pour le moment, "le manque de clarté sur la demande chinoise paraît entraîner des fluctuations dans le moral des investisseurs", ont prévenu les analystes de Capital Economics.

Le cuivre et l'aluminium restent fermes

Les cours du cuivre ont poursuivi leur stabilisation cette semaine.

"Le moral des investisseurs envers le cuivre a continué de s'améliorer", a estimé Caroline Bain, analyste chez Capital Economics.

La demande de métal rouge devrait en effet se raffermir cette année, selon plusieurs analystes, et le marché pourrait se rééquilibrer.

Les cours de l'aluminium sont eux aussi restés peu ou prou stables, mais, à l'inverse du cuivre, les prix ne devraient pas beaucoup progresser dans les mois qui viennent étant donné l'abondance d'offre en Chine (premier producteur et consommateur de ce métal au monde).


"Selon l'institut international de l'aluminium la production de ce métal a atteint un plus haut historique en 2014, à 53,1 millions de tonnes, en hausse de 4,9% par rapport à l'année précédente", ont noté les analystes de Commerzbank.

Le zinc et le plomb chauffent

Les cours du zinc et du plomb ont quant à eux augmenté cette semaine, aidés par un resserrement de l'offre.

Le plomb a atteint vendredi son plus haut niveau en quatre mois, à 2.005 dollars la tonne.

"Les prix du plomb ont bondi à cause d'une augmentation des annulations de mandats de ventes sur des stocks venant des réserves du LME, même si cela ne reflète pas forcément une forte demande physique et que cette hausse des prix pourrait ne pas durer", a expliqué Caroline Bain, de Capital Economics.

Le zinc est monté vendredi à son maximum en près de trois mois, à 2212 dollars la tonne, grâce à une forte baisse des stocks du LME, dans un marché où l'offre se resserre.

De leur côté, les cours du nickel et de l'étain ont réussi à se maintenir toute la semaine, après avoir atteint des plus bas niveaux en respectivement six et cinq ans la semaine précédente.

Mais les prix du nickel, qui ont perdu 15% depuis le début de l'année, restent sous la pression d'une offre abondante. Les réserves du LME restent en effet bien achalandées, même si les stocks en Chine se sont un peu appauvris.

18:43 Écrit par Recycling dans Actualité, Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : metaux | | |  Facebook | |

22/03/2015

Métaux industriels: la dégringolade fait une pause

Londres (awp/afp) - Les prix des métaux de base échangés sur le London Metal Exchange (LME) ont dégringolé mercredi avant de reprendre leur souffle en fin de semaine, après la réunion de la Réserve fédérale américaine (Fed).

Les cours des métaux industriels, à l'exception de l'aluminium, ont ainsi chuté mercredi, lestés par un dollar fort par les attentes d'indices sur une prochaine hausse des taux de la Réserve fédérale.

La hausse des taux américains rendrait le dollar plus rémunérateur, et donc plus attrayant pour les spéculateurs, qui ont acheté du dollar en prévision d'un relèvement des taux.

Mais, si la Fed a fait un pas supplémentaire vers une hausse des taux mercredi, la banque centrale américaine a préféré rester vague quant à un éventuel calendrier, affaiblissant ainsi légèrement le dollar et offrant un peu de répit aux métaux de base.

En effet, le renforcement du dollar rend plus onéreux les achats de métaux, libellés dans la monnaie américaine pour les investisseurs munis d'autres devises. A l'inverse, une baisse du billet vert rend les métaux plus attrayants.

L'OFFRE DE CUIVRE SE RESSERRE

Le cuivre est le métal qui a le plus fluctué cette semaine, tombant à son plus bas niveau depuis mi-février mercredi, à 5621 dollars la tonne, puis grimpant vendredi à son plus haut niveau depuis la mi-janvier, à 5947 dollars la tonne.

"Le consensus de marché est en train de s'aligner avec notre opinion sur le fait que la baisse des cours d'octobre à janvier était excessive, et que les fondamentaux s'améliorent", ont commenté les analystes d'UniCredit.

Le métal rouge attirait ainsi de nouveau l'attention des investisseurs, plus de participants s'attendant à ce que l'offre de cuivre se resserre dans la seconde moitié de l'année.

Un sentiment aidé par une grève depuis lundi à la mine de Grasberg en Indonésie, la seconde plus grosse mine au monde, selon les analystes de Commerzbank.

Les exportations continuent pour le moment, grâce aux stocks existants, "mais si la production devait s'arrêter pour une longue durée, le marché pourrait être affecté", ce qui pourrait soutenir les cours, ont-ils insisté.

LE PLOMB, L'ÉTAIN, LE NICKEL ET LE ZINC RESTENT PLUTÔT MOROSES

Les cours du plomb et de l'étain sont tombés mercredi à leur plus bas niveau en un peu plus de quatre ans, à respectivement 1676,50 dollars la tonne et 16'705 dollars la tonne.

Le zinc et le nickel ont aussi été gênés par le renchérissement du dollar mercredi et ont atteint leur plus bas niveau depuis un an, à respectivement 1981 dollars la tonne et 13'490 dollars la tonne.

Les cours du nickel pourraient d'ailleurs peiner à se reprendre, l'offre de ce métal demeurant abondante pour le moment, même si, selon l'institut d'études international sur le nickel le surplus s'est résorbé passant de 17'200 tonnes en décembre à 5200 tonnes en janvier.

"Le marché du nickel est difficile à juger," a toutefois tempéré Nic Brown, analyste chez Natixis.

"D'un côté, l'interdiction de l'Indonésie d'exporter du nickel brut a aidé à resserrer l'offre mondiale, mais d'un autre côté le surplus d'offre d'acier inoxydable (dont le nickel est l'un des ingrédients, NDLR) pose problème pour les années à venir", a-t-il expliqué.

Les cours de l'aluminium sont, pour leur part, restés stables toute la semaine.

16:03 Écrit par Recycling dans Actualité, Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : metaux | | |  Facebook | |

14/03/2015

Métaux industriels: plombés par le ralentissement de l'économie chinoise

Londres (awp/afp) - Les prix des métaux de base échangés sur le London Metal Exchange (LME) restent sous la pression du ralentissement de la Chine, deuxième économie mondiale, mais ont plutôt bien résisté au renchérissement du dollar.

Les cours des métaux industriels ont accusé le coup mercredi, après la publication des chiffres officiels de la production industrielle chinoise. Cette dernière a ralenti brutalement en janvier et février, enregistrant son plus bas taux de progression depuis six ans.

La production industrielle a grimpé de 6,8% en janvier et février cumulés par rapport à la période comparable de 2014, très en deçà de la hausse de 7,9% sur un an constatée en décembre, et c'est sa plus faible progression depuis décembre 2008.

LA CHINE LESTE LE CUIVRE QUI TENTE DE RÉSISTER

Les cours du cuivre se sont donc retrouvés sous pression mercredi, tombant à leur plus bas niveau depuis le 24 février, à 5710 dollars la tonne.

Mais le métal rouge s'est repris en fin de semaine, semblant faire peu de cas de la force du dollar. Le cuivre a regrimpé vendredi à son niveau du début du mois.

"Même si la relation inversée entre le dollar et les métaux de base a été forte récemment, l'histoire montre qu'elle se casse lorsque d'autres facteurs affectant les prix prennent le dessus", ont noté les analystes d'UniCredit.

"Et la résistance actuelle des cours en est le parfait exemple", ont-ils ajouté.

Pour les analystes, même si le dollar continuait de s'apprécier, les métaux de base pourraient grimper à cause d'un resserrement de l'offre, notamment dans le marché du cuivre.

Le métal rouge a également reçu jeudi du soutien venant de spéculations autour d'un assouplissement des politiques d'emprunts de la Chine, selon les analystes d'IG.

Les analystes de BNP Paribas sont, pour leur part, moins optimistes.

"Il est possible que le cuivre ait déjà atteint son plus bas niveau cette année, mais nous pensons qu'il va continuer de souffrir pour quelque temps", ont-ils souligné.

La banque estime en effet que le marché du cuivre devrait rester en surplus en 2015, et que même une croissance "généreuse" de la demande - estimée par BNP Paribas à 4% - ne suffira pas à éliminer l'excédent d'offre.

De leur côté, l'aluminium et le zinc ont tous deux atteint leur plus bas niveau depuis un peu plus d'un an mercredi, à respectivement 1744,85 dollars la tonne et 1993 dollars la tonne, avant de se stabiliser.

L'ÉTAIN AU PLUS BAS DEPUIS 2012

L'étain n'a pas aussi bien résisté que les autres métaux de base, et a chuté jeudi à un minimum depuis le 26 juillet 2012, à 17'190 dollars la tonne.

"L'étain n'a pas profité de la reprise jeudi comme les autres métaux de base", ont confirmé les analystes de Commerzbank, soulignant que les exportations d'étain en Indonésie en février avaient atteint le même niveau que l'année précédente, à 5986 tonnes.


"Les fondamentaux du marché ont continué de décevoir sur fond de ralentissement de l'économie chinoise et de faiblesse sur le marché européen", ont expliqué les analystes de Triland.

09:04 Écrit par Recycling dans Actualité, Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : metaux | | |  Facebook | |

07/03/2015

Les métaux industriels gênés par la Chine et la robustesse du dollar

Londres (awp/afp) - Les prix des métaux de base échangés sur le London Metal Exchange (LME) ont réussi à se maintenir cette semaine, malgré l'essoufflement prévu de l'économie chinoise et un dollar fort.

Après un début de semaine en hausse, les cours des métaux industriels ont montré quelques signes de faiblesse jeudi après le discours du premier ministre chinois Li Keqiang, en ouverture de la session annuelle du Parlement chinois.

Le premier ministre a annoncé que le pays prévoyait une croissance réduite à environ 7% pour 2015, soulignant ainsi la perte de vitesse de la locomotive de l'économie mondiale.

Mais ce chiffre était attendu et le retour des opérateurs asiatiques sur les marchés après les vacances autour du nouvel an chinois ont permis aux prix de se maintenir, selon plusieurs analystes.

"Malgré la baisse de la croissance, la Chine devrait continuer de consommer de grosses quantités de matières premières en général et de métaux en particulier, ce qui devrait soutenir les prix", ont noté les analystes de Commerzbank.

LE DOLLAR GÊNE LE CUIVRE

La robustesse du dollar a cependant gêné les métaux industriels, dont le cuivre cette semaine, un billet vert fort ayant tendance à saper l'appétit des acheteurs munis d'autres devises pour les actifs libellés en dollars.

Les prix du cuivre ont notamment un peu souffert vendredi de la publication du rapport mensuel sur l'emploi et le chômage aux États-Unis, et sont tombés à 5.731,50 dollars la tonne, leur plus bas niveau en près de deux semaines.

Le taux de chômage aux États-Unis a reculé plus que prévu en février, à 5,5% contre 5,7% en janvier, tandis que le nombre de créations d'emplois a battu les attentes des analystes, selon les chiffres publiés vendredi par le département du Travail.

Ces données sont de nature à alimenter les attentes d'une hausse des taux d'intérêt de la Réserve fédérale américaine (Fed) aux États-Unis vers la mi-2015, ce qui rendrait le dollar plus rémunérateur.

Le dollar a donc été soutenu par les achats des investisseurs pariant sur une hausse de la devise dans les mois à venir.

Les cours du cuivre ont pourtant atteint mardi leur plus haut niveau depuis le début de l'année, à 5960 dollars la tonne. Le même jour, l'aluminium a grimpé à son maximum depuis le 18 février 2015, à 1833 dollars la tonne.

LE ZINC A MAUVAISE MINE

Les cours du zinc n'ont pas trouvé de réconfort dans le retour des opérateurs chinois sur les marchés, et se sont effondrés vendredi à leur plus bas niveau depuis la mi-janvier, à 2011 dollars la tonne.

"Les prix du zinc baissent (...) même si les réserves sont à des niveaux historiquement bas et les perspectives de développement de l'offre sont assez faibles", ont constaté les analystes de Capital Economics.

Le marché du zinc a, en effet, affiché un déficit l'année dernière, selon le groupe d'étude international sur le plomb et le zinc.

Mais pour les analystes d'Unicredit, cette baisse de forme pourrait être liée au fait que le marché du zinc est tout de même passé en surplus en décembre.

12:46 Écrit par Recycling dans Actualité, Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : metaux | | |  Facebook | |

20/02/2015

Derichebourg acquiert deux sociétés en Europe

Paris - Derichebourg, groupe spécialisé dans la valorisation des métaux et des déchets industriels et ménagers, a annoncé jeudi soir l'acquisition de la société allemande Dal et du Français Ingertec.

L'acquisition de la société allemande Dal, spécialisée dans l'intérim industriel, s'inscrit dans la stratégie d'accompagnement de nos clients sur les bassins aéronautiques européens et nous fait monter en compétence sur le secteur des énergies renouvelables, stipule le groupe dans un communiqué.

Cette entreprise, qui possède des agences en Allemagne et au Royaume-Uni, réalise 6 millions de chiffre d'affaires. Elle sera intégrée à la branche Derichebourg Interim Aéronautique, selon le document, à la suite d'une transaction dont le montant n'est pas précisé.

Derichebourg Services & Ingéniérie Nucléaire s'est aussi vu attribuer par le tribunal de commerce de Salon de Provence les actifs de la société française Ingertec, spécialisée dans le génie électrique et la ventilation nucléaire (6 millions d'euros de chiffre d'affaires).

Les 45 salariés répartis sur 3 sites dans le sud-est de la France viendront rejoindre les 200 collaborateurs en charge de la gestion des déchets, du traitement du linge, de la maintenance et de l'ingénierie nucléaire, selon le communiqué, au sein d'une nouvelle entité juridique baptisée Travaux & Maintenance Nucléaire.

Derichebourg a vu sa rentabilité s'améliorer au premier trimestre de son exercice décalé 2014-2015 mais son activité a poursuivi son repli, toujours pénalisée par la baisse des prix et des volumes des ferrailles traitées.

20:33 Écrit par Recycling dans Actualité, Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : derichebourg | | |  Facebook | |