23/07/2013

Derichebourg souhaite vendre Servisair à Sissport

Le groupe français de services et de recyclage des métaux Derichebourg est sur le point de vendre sa filiale de services aéroportuaires Servisair, qui emploie 15.000 personnes, à Swissport, a-t-il annoncé lundi dans un communiqué succinct.

Derichebourg indique avoir accordé "une période d'exclusivité à Swissport en vue de la cession de 100% de Servisair sur la base d'une offre irrévocable et engageante". Les deux groupes promettent davantage d'informations une fois les conditions "usuelles légales et réglementaires levées".

Servisair propose des services d'assistance aéroportuaire dans 118 aéroports à travers le monde et traite 645.000 tonnes de fret par an, est-il indiqué dans le texte. Servisair avait enregistré au premier semestre de l'exercice décalé 2012/13 de sa maison mère une progression de 10,3% de son chiffre d'affaires à 357 millions d'euros et un bond de 162% du résultat opérationnel courant à 26 millions.

En octobre 2009, la perspective d'une cession avait notamment entraîné une grève de plusieurs jours des salariés de Servisair, en charge des enregistrements et chargements de plusieurs compagnies, à l'aéroport francilien d'Orly-Sud.

Derichebourg avait annoncé l'été dernier une restructuration "stratégique", sans beaucoup de détails, pour se désendetter.

Swissport, propriété du fonds d'investissement PAI Partners depuis 2010, est présent dans 180 aéroports de 38 pays. Le groupe, qui emploie environ 40.000 salariés, est le numéro un mondial de l'assistance au sol dans les aéroports.

18:55 Écrit par Recycling dans Actualité, Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : derichebourg, entreprises | | |  Facebook | |

19/05/2013

Paprec rachète MPB à l’italien Polieco

Paprec réalise sa troisième acquisition depuis janvier, en reprenant cette filiale française de Polieco spécialisée dans le recyclage des plastiques.

Paprec Group annoce qu’il rachète MPB au groupe italien Polieco. Polieco réalise un chiffre d’affaires de plus de 100 millions d’euros et souhaitait se recentrer sur ses métiers historiques (la fabrication de tubes en polyéthylène de moyens et gros volumes), indique Paprec.

Polieco « est présent en France au travers de MPB, leader du recyclage de flacons polyéthylène et de sa filiale Polieco France. Avec l’acquisition de MPB, Paprec Group, confirme son rôle de consolidateur du recyclage des plastiques dans l’Hexagone où il a investi dans huit unités réparties dans toute la France.

MPB, implantée depuis 1999 à Chalon-sur-Saône (71), emploie 45 personnes et réalise un chiffre d’affaires de 15 millions d’euros. Spécialisée dans le traitement et le recyclage du PEHD post-consommation, cette unité viendra compléter les savoir-faire et le maillage géographique de Paprec Plastiques, division de Paprec Group, n°1 du recyclage des plastiques en France. Paprec Plastiques a réalisé un CA 2012 de 120 M€ pour 250.000 tonnes traitées et compte 8 unités de production où sont recyclés actuellement plusieurs grandes familles de plastiques (les PVC, l’ABS, les PP et les PE).

MPB continuera d’être dirigée par Sylvia Blond, son actuelle directrice générale. Jean-Paul Gallée, ancien président de MPB, rejoint le conseil d’administration de Paprec Plastiques et viendra apporter son expertise au développement de Paprec Group. »

Trois rachats en cinq mois

Paprec poursuit ainsi sa croissance externe avec cette troisième acquisition en cinq mois (les trois entreprises rachetées représentant un CA 2012 cumulé de 27 millions d’euros). En janvier, le groupe avait acheté OTC (recyclage de papier, CA 10 M€), puis en février SEF Environnement (déchets verts, CA 2 M€).

En novembre dernier, Paprec avait levé 100 millions d’euros auprès du Fonds stratégique d’investissement (FSI). Le groupe annonçait alors son intention de passer de 700 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2012 au milliard en trois ans, notamment par des acquisitions.

10:58 Écrit par Recycling dans Actualité, Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : entreprises | | |  Facebook | |

07/02/2013

EMR achète le ferrailleur écossais, Henry GRAY

EMR est un groupe de recyclage de fers et métaux basé au Royaume Unis. Le 22 janvier 2013 il a acquis la socièté de Henry GRAY qui exploite une installation de transformation de ferrailles à Kirkcaldy en Ecosse.

Avec cette acquisition EMR a maintenant sept centres de collecte en Ecosse et plus de 70 dans tout le Royaume-Uni

L'achat d'Henry Gray permettera à EMR de se renforcer dans la région de Fife en Écosse.

« Nous ne pouvions pas laisser passer, cette excellente opportunité », explique William Gray, fondateur de Henry Gray, qui a maintenant rejoint l'équipe de gestion de  EMR.

« Depuis longtemps nous souhaitions être present à Fife » dit Andrew Sheppard Manger chez EMR.

08:40 Écrit par Recycling dans Actualité, Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : entreprises | | |  Facebook | |

22/01/2013

Sita remporte un contrat en Pologne

SUEZ ENVIRONNEMENT, via sa filiale SITA Polska, a remporté le contrat de construction et d’exploitation d’une unité de valorisation énergétique à Poznań, pour une durée de 25 ans

 

Le 21 décembre 2012, la ville de Poznań a attribué le contrat de construction et d’exploitation d’une unité de valorisation énergétique à SITA Zielona Energia - joint venture entre SITA Polska, filiale de SUEZ ENVIRONNEMENT, et Marguerite Waste Polska, filiale du fonds d’investissement Marguerite  - dans le cadre du plus grand appel d’offres de partenariat public-privé réalisé en Pologne.

Estimée à 180 millions d’euros, la construction de cette unité de valorisation sera assurée par un financement de projet sans recours auprès des actionnaires et générera un chiffre d’affaire d’environ 850 millions d’euros pour la société SITA Zielona Energia sur la durée d’exploitation.

09:09 Écrit par Recycling dans Actualité, Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : entreprises | | |  Facebook | |

30/11/2012

GDE. Canal + en reportage à Nonant-le-Pin auprès des opposants

La rédaction de Canal + a réalisé un reportage à Nonant-le-Pin, sur l’opposition à l’installation du site d’enfouissement des déchets GDE.

« Ils ont passé la journée de lundi avec nous dans les haras et aux abords du chantier, indique Noëlle Sandoz, présidente de l’association Nonant environnement. Ils ont interrogé les membres des associations (Nonant environnement et Sauvegarde des terres d’élevage, NDLR) et ses deux présidentes, des riverains un peu affolés, M. Ferrari qui a un haras tout proche… » Par ailleurs, les opposants ont évoqué l’étude économique présentée au préfet.

Malgré les oppositions des éleveurs de chevaux, des agriculteurs et des habitants, les travaux du site de Guy Dauphin environnement (GDE) ont commencé en mai dernier pour mettre en place cette plateforme de stockage de déchets automobiles ultimes, non-recyclables.

La diffusion du reportage est prévue vendredi 29/11/2012 en clair sur la chaîne Canal +, à l’heure du déjeuner, pendant l’émission La nouvelle édition.

06:13 Écrit par Recycling dans Actualité, Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : entreprises | | |  Facebook | |

Les ferrailleurs sous surveillance

AISNE. Le commerce de recyclage de métaux est actuellement passé au crible, sur les directives du préfet. Les ferrailleurs sont soumis à une réglementation stricte afin de compliquer la tâche des voleurs dans la revente des métaux

Sur les dix premiers mois de l'année, dans l'Aisne, on recense 119 vols de métaux (67 faits en « zone gendarmerie » et 52 en « zone police »). « On amorce une baisse par rapport à 2011, où on avait constaté un pic important, les cours des métaux flambaient rendant ce type de vols plus lucratifs, explique le préfet Pierre Bayle. Soyons clair, c'est moins de 1 % de la délinquance constatée dans l'Aisne, mais les conséquences, les répercutions sont importantes. Ils s'attaquent à des entreprises, des commerces, des exploitations agricoles, des grands opérateurs téléphoniques, à la SNCF. Ce qui entraîne des retards de trains conséquents, des coupures téléphoniques de plusieurs heures… Tout cela est lié à l'arrachage des câbles. »

Livre de police contre voleurs

Plus de la moitié des vols de métaux recensés s'effectuent au préjudice d'entreprises. « Ils peuvent aussi s'attaquer aux maisons en construction. Et le particulier se retrouve avec une maison sans plomberie ou réseau électrique. » Dans l'Aisne, ces derniers mois, les voleurs de métaux ont dérobé essentiellement du cuivre (63 %) et du fer (29 %), selon les données de la gendarmerie.

Pour essayer d'enrayer les vols de métaux, la réglementation encadrant le commerce de recyclage de métaux s'est durcie au fil des années. « Il s'agit de compliquer la tâche aux voleurs pour qu'ils aient de plus en plus de difficultés à revendre leur marchandise volée », ajoute le préfet.

La réglementation prévoit notamment que les professionnels du recyclage qui procèdent aux rachats des métaux ferreux tiennent à jour un « livre de police » comportant les coordonnées des vendeurs, avec une photocopie d'une pièce d'identité, une description des pièces achetées, ce qui peut permettre d'identifier des métaux volés et parfois remonter des « filières ».

La marchandise examinée à la loupe

Hier, pour chaque ferrailleur visité, les gendarmes et les policiers ont compulsé le fameux registre, regardé si des noms ne revenaient pas trop régulièrement, jeté un œil sur les marchandises entreposées sur le site. « Il est déjà arrivé que l'on repère ainsi des objets volés », assure un militaire.

Depuis 2011, tous les paiements s'effectuent par chèque. Le but est de réduire le blanchiment de vols de métaux et de sécuriser l'activité des recycleurs par moins de manipulation de numéraire. « Avant, le risque pour eux de se faire braquer était élevé », poursuit le colonel Bruno Louvet, qui se rappelle de responsables de commerce de recyclage de métaux pris en otage pour leur fond de caisse sur Braine en 2010 et 2011. « L'obligation de payer par chèque, ça a tout changé », assure le gérant de la société nouvelle Herboux de Laon, Rémi Gosteau, qui affiche trente ans de métier. « Ceux qui ont une marchandise louche à refourguer vont en Belgique. Là-bas, ils sont moins regardants. »

La clientèle change

La crise aussi a modifié le secteur. Les ferrailleurs parlent d'une chute de leur activité et évoquent l'émergence d'une nouvelle clientèle composée de petits retraités qui débarrassent leur cave, grenier et autre abris de jardin, de leur ferraille rouillée pour récupérer quelques euros. « Avant, ils allaient en déchetterie maintenant ils se disent qu'il n'y a pas de petits profits. »

Forces de l'ordre et ferrailleurs travaillent aussi de concert pour faire tomber des filières de recel. « J'envoie un courriel aux gendarmes lorsque j'ai des doutes », explique Alain Coornaert gérant de Flavifer à Flavigny-le-Grand-et-Beaurain (près de Guise).

Les gendarmes établissent des vérifications : « C'est déjà arrivé de mettre la main comme cela sur des voleurs. » Les ferrailleurs évoquent des pressions et parfois des menaces, lorsqu'ils refusent des marchandises dont le vendeur ne peut justifier l'origine.

Les commerces de recyclage de métaux sont aussi la cible des délinquants. « Celui de Francilly-Selency a été cambriolé deux fois en octobre », reconnaît le capitaine Jean-Christophe Boutin, commandant la compagnie de gendarmerie de Saint-Quentin.

Flavifer a aussi été visité, il y a peu, comme l'explique Alain Coornaert. « Ils sont passés par la voie verte, en découpant le grillage. Deux fois, en l'espace de quinze jours, ils ont pris du câble. »
Des vols qui peuvent coûter chers. Rémi Gosteaux de Herboux à Laon : « Le dernier en date nous a fait mal. C'était il y a un an et demi. Ils nous ont pris pour 30 000 euros de marchandise. Au fil des ans, il a fallu s'équiper : alarme, vidéosurveillance. »

 

 

Aurélie BEAUSSART - abeaussart@journal-lunion.fr 

SOURCE : http://www.lunion.presse.fr/article/aisne/les-ferrailleurs-sous-surveillance  

 

Imprimer Recommander Wikio digg

06:09 Écrit par Recycling dans Actualité, Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : entreprises | | |  Facebook | |